top of page

Entrevue avec Kem, programmateur du festival les Eurockéennes

Programmateur d’un des plus grand festival européen, Kem (Kemikal Kem pour les intimes) a un lourd passif… d’abord activiste acharné dans des assos (au début des 90’s), ainsi que batteur dans le groupe noise Well Spotted (2 albums et pas mal de concerts dans toute l’Europe aux côtés de la crème de la scène noise core de l’époque), il a gravi les échelons un à un, pour devenir programmateur dans quelques salles de l’Est de la France puis du festival sus mentionné… encore un parcours hors norme, un profil qui sort quelque peu du cadre de l’ordinaire… entièrement motivé et boosté par la passion qu’il porte à la musique, Kem prouve qu’il reste des gens intègres et complètement dévoués à leur discipline… organisateur, programmateur, musicien et désormais un des professionnels grandement respecté dans le milieu/business musical, Kem a accepté de répondre, sans langue de bois ni tergiversation polie, à quelques questions épineuses… une interview très intéressante, où sont évoqués les nombreux voyages du gazier, l’envers du décor de son métier, son avis éclairé concernant quelques sujets brulants et, surtout, sur la musique Rock et tout ce qui l’entoure…

1- Yo Kem ! Tu te fais appeler Kemical Kem sur la toile, qu’as-tu de si chimique ? Tu as un beau parcours dans la besace, batteur il y a quelques années dans Well Spotted, programmateur au Noumatrouff et programmateur des Eurockéennes… remet tout ça dans l’ordre, corrige si je me trompe, étoffe si j’oublie… et dis nous en plus sur ton parcours, et quels sont les éléments qui à chaque fois ont déclenché ces opportunités ? C’est un jeu de mot trouvé par Mr Cyril appellé communément "le Gros", à Besançon. Ca m’est resté… Bon alors j’ai commencé par jouer dans différents groupes de métal, punk rock, noise, hardcore… sur Belfort et Besancon. En parallèle j’organisais des concerts avec mon asso, Part de Tarte, qui était aussi l’asso’ de mes potes le groupe Well Spotted. On organisait principalement des concerts au Nelson Bar à Audincourt (Burning Heads, Condense, Portobello Bones, Deity Guns, Helios Creed, Plainfield, Drive Blind…). L’idée était de faire un label de 45t avec la thune générée par les concerts… Vu qu’on perdait de la thune quasi à chaque fois, et qu’on se fouillait les fonds de poches pour réussir à payer le groupe, on a laissé tomber après deux ans. Entre temps, j’ai intégré Well Spotted comme batteur à la sortie de leur deuxième album avec pleins de dates a assurer en France et en Europe. L’aventure s’est arrêtée en 1999. Entre temps était arrivée l’heure de faire mon service militaire. Ce que j’ai refusé. J’ai choisi l’objection de conscience. J’ai eu la chance de pouvoir la faire à l’Atelier des Môles à Montbéliard. C’est là que j’ai rencontré plusieurs personnes importantes pour la suite. A la fin de mon objection, j’étais au RMI, manager d’un groupe qui se nommait Positive Mental Attitude (Clin d’oeil aux Bad Brains), batteur de Well Spotted. Je continuais toujours à organiser des concerts en passant à la vitesse supérieure (Coroner à l’Atelier des Môles, par exemple). J’ai eu l’opportunité d’avoir le groupe allemand Spermbirds un dimanche. Je n’avais pas de salles dispos sur Belfort Montbéliard et donc je me suis tourné vers le Noumatrouff à Mulhouse. Ils m’ont accueillis à bras ouverts. Le concert s’est bien passé, plus de 250 entrées un dimanche. Après le concert, Jean Luc Wertenschlag le boss du lieu, m’a demandé de devenir le programmateur de la salle ! J’ai hésité.. (T’y crois pas… !!!) et je lui ai dit oui le lendemain. Et la c’était parti pour 6 ans de programmation dans la salle avec entre autres quelques coups dont je suis fier (Fugazi, Neurosis, Biohazard, Fear Factory, Sick of it all, Rollins Band, The Swans, Alice Donut, Cop Shoot Cop, The Young Gods -avec un album live officiel à la clé-, Transglobal Underground, Dreadzone, Soul Coughing, NomeansNo… et Manowar !). Je me suis occupé aussi de la programmation du festival Bête de Scènes dans cette période. Et fin 2000, je me suis fait débaucher par Jean Paul Roland, nouveau directeur des Eurockéennes, pour faire la programmation aux coté de Christian Allex. Et voila, j’y suis toujours, alors que je pensais y rester 3 ans…

2- On revient sur ton passé de musicien… re-situes nous un peu Well Spotted, l’époque et l’environnement musical d’alors… quels ont été vos fait d’armes (disques, deals, studios, tournées, 1eres parties prestigieuses…), quelques bons souvenirs ? Des mauvais ? Ton pire concert (le plus flippant, ou genre embrouilles, accueil hyper foireux, etc…) ? Well Spotted est un groupe formé à Belfort en 1989 sous grandes influences de Sonic Youth et Einsturzende Neubauten. On a sorti deux disques, "Well Spotted" en 1991 (Semantic) puis "Shine your star" en 1995 (Weird / Mélodie). On a participé à diverses compilations en France et à l’étranger. Un nouvel album qui était enregistré devait sortir en 1998 chez Pandemonium. Il n’est jamais sorti… Le groupe à fait les premières parties de groupes comme Helmet, Jesus Lizard, Fugazi, The Ex, Grotus, Headcleaner… une tournée avec The Young Gods, une tournée avec The Sleeppers… plusieurs tournées en Europe (Italie, Espagne, Suisse, Allemagne Hollande, Belgique….), participé à de nombreux festivals (les Eurockéennes X 2, St Amant Roche Savine, Emmetrop à Bourges, Off des Francofolies…) et enormément de dates avec d’autres groupes de cette "new wave of french noise" comme Portobello Bones, Drive Blind, Condense, Deity Guns, Belly Button, Sloy, Burning Heads, Seven Hate… Et donc split du groupe en 1999 pour des raisons financières… J’étais le seul à m’en sortir vu que je bossais au Noumatrouff. Les autres tiraient trop la langue… Ce n’était plus possible de continuer. Nous sommes passés par toutes les étapes, tournée au pays basque foireuse dans des squatts hyper politisés avec des gens ultra défoncés, et très politisés forcément. Nous n’avions aucun message à faire passer, juste de faire de l’entertainment ! Donc c’était un peu tendu… Les conditions pour dormir et manger inexistantes, donc on a pris sur nous pendant ces 7 jours… Les prises de tête était fréquentes ! Un de mes grands souvenirs était la première partie de Jesus Lizard au Fri-son à Fribourg en Suisse. Tu sais que le groupe qui va jouer derrière toi, ce n’est pas pour rire ! Donc, il va falloir envoyer du bois ! C’était un bon concert de nous, sans plus ! J’étais soit sur un nuage, soit pétrifié quand je jouais… Mais ça l’a fait ! Et la rencontre avec David Yow, le chanteur de The Jesus Lizard, quelle classe dans son rôle d’alcoolo loser magnifique ! Quelle leçon de rock’n roll ! D’ailleurs, je vous conseille de jeter une oreille sur un groupe dont il vient d’intégrer le poste de chanteur et qui se nomme Qui.

3- Tu as lâché les baguettes pour passer dans le côté sombre, de l’autre côté du miroir… de la scène au bureau… de l’action au grattage de barbichette… marre de la musique live en général ou besoin de passer à autre chose ? Ben j’ai toujours eu les deux vocations. Jouer et organiser des concerts. Mais c’est vrai que je ne me vois pas repartir sur la route en tournée toute l’année. J’ai 38 ans et même si j’ai une cadence infernale de vision de concerts, je ne pourrais plus tout faire. Et puis, pour l’instant je trouve toujours du plaisir à programmer des groupes. Je vois encore des groupes qui me donnent la pêche, je rencontre aussi des musiciens humainement terribles… (Le cas inverse aussi mais ceux-la, je les fuis…). Tant que ce sera le cas, je garderai la foi !

4- Le fait d’être monté dans un camion, d’avoir passé du temps dans un local de répèt’ et d’avoir connu les galères typiques d’un groupe en vadrouille te permet d’avoir une vision à peu près réaliste de la situation, je pense… contrairement à beaucoup de programmateurs de salle subventionnée, généralement très peu connaisseur quand on commence à attaquer la question musicale… as-tu quand même suivi un cursus particulier lié au spectacle ou ce genre de truc ? Je n’ai suivi aucun cursus ! Tout est du DIY ! Je viens de cette scène, donc je sais ce que c’est ! J’ai tout appris en faisant des conneries au début. C’est la meilleure des écoles ! J’avais postulé au stage de formation des managers et producteurs de spectacles à Issoudun. Ils m’ont refusés deux fois. A l’époque j’étais au Noumatrouff et un pote à moi avait pris à cette formation. Il m’a raconté une anecdote qui m’a fait bien rire. Ils ont travaillé sur un cas précis : Au vu de la fiche technique du groupe et de la salle, au vu de jauge de la salle, le cachet demandé… peut on faire jouer FFF au Noumatrouff ? Ils sont arrivés à la conclusion que non. BULLSHIT ! Je les programmais sur le même trimestre dans la salle… C’est la que je me suis rendu compte que je n’avais pas besoin de ces conneries et qu’il fallait mieux que je me forge tout seul. La seule formation que j’ai fait c’est une remise à niveau sur les contrats étrangers.

5- Quel est ton véritable rôle dans l’organisation des Eurocks. Fais toi mousser et pose ton CV sur la table, c’est toi le boss oui ou merde ? Mon rôle, c’est de faire la programmation du festival avec mon collègue Christian Allex. Nous avons deux backgrounds musicaux bien différents. Lui vient de l’electro et de la black musique en général (Hip Hop, reggae, Soul, Rythm’n blues…) alors que moi je viens plutôt du rock, métal, punk, noise et de la pop. On se fait découvrir mutuellement des choses. Pour qu’un groupe soit programmé aux Eurockéennes, il faut que nous soyons d’accord tous les deux. Cela représente 75% des groupes. Ensuite, c’est un bras de fer entre lui et moi pour imposer ses groupes… Néanmoins, c’est nos goûts qui ressortent ! On fait rarement des compromis ! Il faut vraiment qu’on soit coincé et qu’il y ait par exemple une pénurie de têtes d’affiches. Sinon je m’occupe aussi de l’opération tremplin, jeunes talents sur les régions Franche Comté, Lorraine, Alsace et Bourgogne ainsi que la Suisse et L’Allemagne. Depuis cette année, nous avons fait aussi la programmation d’un festival qui se nomme GENERIQ et qui a eu lieu entre les 16 et 27 février 2007 à Belfort, Mulhouse, Besançon et Dijon. Eh ben non, c’est pas moi le boss ! C’est Ross !

6- Dans le cadre de ton job, tu as rencontré des cadors (dont Henry Rollins, veinard ! )… qui sont les bons, les brutes et les truands ? Balance des noms et fait nous rêver avec des belles histoires ! Pour toi, quels sont les meilleurs souvenirs de rencontre ? Des héros perso’ qui t’ont déçu ? Ou au contraire des gens envers qui tu n’attendais rien et qui t’ont agréablement surpris ? J’ai adoré rencontrer des personnes comme Fugazi, The Young Gods, Mike Patton, Bertrand Cantat, Neurosis, Mastodon, Rockin Squatt de Assassin, Nomeansno… car ils sont simples et très disponibles. Avec The Young Gods, c’est une vraie rencontre et une vraie amitié. J’ai du voir le groupe plus de 60 fois en concert. Ce sont les personnes les plus cools que je connaisse. Je les ai fait jouer plusieurs fois, on a sorti un live ensemble « Live au Noumatrouff 1997 ». On bosse sur un projet pour cet été avec une rencontre entre eux et le groupe Dälek. Idem pour Patton. On se voit presque à chaque fois qu’il vient en France. Il est venu deux fois aux Eurockéennes (avec Fantomas et Tomahawk) et on a qqs projets pour le futur. NomeansNo, je suis devenu pote avec eux après leur passage au Noumatrouff, en 1996 je crois. Ils sont venus plusieurs fois dormir chez moi par la suite. Des qu’ils avaient un day off ou qu’ils jouaient dans le coin, ils passaient me voir. C’est aussi un des rares groupes qui a accepté de diviser leur cachet par deux lors d’un concert que j’avais organisé au Cube à Audincourt et qui s’était planté à cause d’une tombée soudaine de verglas. J’ai adoré discuter avec Sick of it all, Rollins, Neurosis, Mick Harris, Patton, Pitchshifter. Ces mecs sont intéréssant et on une bonne vision du business. J’ai détesté accueillir des groupes de reggae jamaicains. Ces mecs sont les plus pénibles que je j’ai pu faire jouer… Egalement The Swans… Pourtant j’adorais Jarboe et Michael Gira… Mais il faut bien le dire, ce sont des connards !

7- Tu as organisé des centaines de concerts, parle nous des groupes que tu as programmé et qui t’ont réellement scotché (musicalement). Et ceux au contraire qui se sont foutu de ta gueule (et de celle du public). Envoie moi ton sac d’anecdotes en pleine tête… Es-tu resté en contact avec certain d’entre eux ? Voir ci-dessus pour The Young Gods et Mike Patton… Les concerts que j’ai organisé qui m’ont scotché sont :

  Fugazi : Ils sont arrivés super crevés, malade à Mulhouse… On se dit qu’ils vont avoir du mal à assurer leur concert… Que nenni, ils jouent 2h30 et mettent tout le public à genoux ! C’était monstrueux !

  Neurosis : Grosse grosse claque ! Ces mecs sont des extra terrestres…

  Fantômas : Certains pensent que c’est de la branlette ou de l’improvisation. Ce n’est pas mon avis. Ces mecs distillent une musique d’une précision chirurgicale, tout en mélangeant gros son et expérimentation. J’adore !

  Sigur Ros : Grosse claque et gentillesse extrême, comme leur musique !

  Mastodon : Idem que Sigur Ros…

  Dälek : Les My Bloody Valentine du Hip Hop. Trippant et inquiétant sur scène, des crèmes backstage.

  Noir Désir et Sonic Youth : Deux monstres dans leur genre. Gentillesse et Humilité extrême ! Une grande leçon !

  Manowar : Un gros flip (petite salle du Nouma, grosse production…) et un gros fou rire (le concert où tous les clichés du heavy sont poussés à l’extreme)

  Nomeansno : Une grande leçon de Punk Rock !

Ceux qui se sont foutus de ma gueule :

  Damien Saez : Un connard comme rarement j’en ai vu… Insultant avec ces musiciens, son équipe technique, les gens de la salle… Tous cela pour un concert merdique ! D’ailleurs, pendant le concert (qui était d’une nullité affligeante), Saez lance « Vous allez vous bouger ! Vous n’êtes pas un concert de Pascal Obispo ! » Ce à quoi une spectatrice répond « Pascal Obispo ce serait certainement encore mieux que la merde que tu es entrain de nous faire ! »

  Christian Death : Une escroquerie ! La bassiste qui tombe dans les pommes au bout de 30 minutes de show… Donc annulation du show… Et Valor, le chanteur, qui vient s’excuser en me disant que ca lui arrive souvent depuis qu’ils ont visités Roswell aux USA… Mort de Rire !

8- De mon propre avis, la culture en France n’est pas très brillante… chanson franco française à "textes" foireux, variété bobo, ska- reggæ festif’, pop minimaliste extra chiante, fusion décérébrée et autre metal sans aucune tenue… bref beaucoup de musique qui ne sert à pas grand-chose… où est le problème Kem ? Tu peux me dire ce qui cloche dans ce foutu pays ? Je pense sincèrement que l’assistanat culturel fait beaucoup de mal à la créativité… regarde la programmation des salles, c’est affligeant, toujours les mêmes merdes, et partout pareil… on a l’impression que 2 tourneurs se taillent la part du lion, ont le monopole et refourguent leurs merdes aux programmateurs incompétents … les salles se vident à vue d’œil, les gens en ont marre de se faire refourguer de la came dégueu’… d’une ville à l’autre c’est la même histoire, la même programmation (à quelques semaines d’écarts), toujours les mêmes saloperies sans âmes, pas inspirée et mal jouées… n’est-ce pas la faute de ce que j’appelle les fonctionnaires de la culture et autre intermittents du spectacle, qui vivent dans leur bulle imaginaire, et qui donnent l’impression de ne se raccrocher qu’a ces putains de subventions, en oubliant le bon goût et la qualité, qui ne prennent jamais un risque et qui ne savent pas comment bosser ou promouvoir des groupes un peu différents (dans ce que j‘appelle les musiques qui ont du caractère)… c’est quand même un symptôme typiquement français… essaie d’expliquer à un ricain ce qu’est les système de l’intermitance le mec va te regarder avec des yeux comme des boules de billards, avec la mine du mec qui n’en croit pas ses oreilles… donne nous ton avis de professionnel de la musique sur ce syndrome franchouillard ou le mauvais goût n’a pas d’équivalent… Je suis assez d’accord avec toi sur le fond. Les groupes, au lieu d’apprendre leur bouquin de l’Irma sur les contrats ou la Sacem par coeur, devraient d’abord se bouger le cul pour jouer un maximum, bouffer du bar et suer un maximum. Tous les musiciens rêvent de devenir intermittents… Mais bordel, les mecs bougez vous le cul ! Enquillez les dates ! Quant aux programmations des salles, il est désormais facile avec internet de découvrir de nouveaux groupes et de les contacter. C’est vrai que la plupart des programmateurs ne sont pas curieux… Ils attendent que les propositions des tourneurs français tombent… Alors qu’il est simple de provoquer la venue des groupes via le groupe en direct ou les tourneurs étrangers. C’est vrai que s’est lassant de voir les salles avec la même programmation… Par contre, c’est vrai qu’il n’est pas évident de ne faire que du bon goût artistique dans une salle, quand tu n’es pas dans une grande ville. J’en savais quelque chose lorsque j’étais au Noumatrouff, à Mulhouse. Mais mon idée a toujours été de programmer des groupes découvertes et coups de coeur avec la thune gagnée par des remplisseurs plus fades du type de Tryo ou Marcel et son Orchestre. Et cela fonctionnait. Sinon, c’est impossible de faire survivre une salle.

9- Tu continues de vadrouiller à donf’, tu passes ta vie dans des salles de concerts et petits clubs… quelles sont les lieux où tu adores aller ? J’adore les clubs Suisse (Rote Fabrik Zurich, Usine Geneve, Fri-son Fribourg), le Noumatrouff à Mulhouse (j’y ai toujours beaucoup d’amis), la Poudrière à Belfort (qui fait un virage à 180° depuis le départ de son directeur), le point Ephemere à Paris (joli laboratoire). En festival, j’adore le SXSW à Austin (le meilleur festival du monde, j’y découvre entre 20 et 30 nouveaux groupes intéressants chaque année), Pukkelpop (une des meilleures programmation d’Europe), Dour (Une prog’ bien pointue même si chaque année il y a des daubes incroyables qui y jouent !), ATP (festival programmé par un groupe différent chaque année), Benicassim (pour la plage, les vodka red bull et parce que c’est le début de mes vacances)

10- Quel est pour toi le meilleur festival open air en Europe, et pourquoi… (oublie tout de suite de me répondre les Eurocks…) Ah ben j’ai répondu plus haut. Pour moi c’est Pukkelpop à Hasselt en Belgique. La programmation est terrible, très variée musicalement. C’est une bonne alchimie entre têtes d’affiches et découvertes. L’organisation est sans faille et la bière pas chère. Il manque juste un poil d’ambiance sur certains concerts. Les flamands sont assez mous du cul…

11- Perso’, je ne supporte pas les festivals… et je suis pourtant un gros fana de show live… le son est toujours dégueulasse, le public ne semble uniquement concerné par se rouler dans l’herbe, fumer des gros taroueb’ et s’aviner à l’extrême… bref on est plus proche de l’orgie et de la décadence organisée que du spectacle musical… pour moi c’est un peu la vision que j’ai du déclin de la civilisation moderne, retour à l’état primitif, tout le monde agit bestialement, sans aucun respect pour rien ni personne… la bouffe est dégueu’, les conditions pour les groupes pas très confort et finalement tout le monde se contrefout de ce qui devrait pourtant être le plus apprécié : la musique… et je ne m’étendrai pas sur les «  espace pro » qui n’ont de « pro » que la faculté à se montrer plus cons que la moyenne, un défilé de m’as-tu-vu-snobinar’ et branchouille , suceurs de quine, et complètement à côté de la plaque (et, pour la plupart, plus souvent vissés au bar que devant une scène)… bref, pour moi cet univers est une mascarade… rien de musical, rien de culturel, aucune passion et aucune dévotion… du papier mâché, du carton, bref un décor de cinéma, quoi…j’imagine que tu ne vas pas aller dans mon sens… mais tu peux essayer en quelques phrases d’essayer de me faire voir les choses un peu plus positivement ?

Ce qui me plait dans les festivals, c’est la possibilité de voir un paquet de concerts dans un temps restreint. Je trouve que tu es un peu sévère quant à la qualité du son dans les festivals. C’est vrai que nous sommes tributaires du temps mais je trouve que le son est plus que correct dans la plupart des festivals que je connais. D’ailleurs dans certains endroits, ce qui me rebutent d’aller voir des concerts c’est souvent la qualité de la sono’. Je préfère payer 5 euros de plus et avoir un son correct plutôt qu’une sono rincée qui casse les oreilles et déssert le groupe. Certains festivals sont des foires à la saucisse, c’est sur ! Mais beaucoup essayent de soigner leur artistique et l’accueil des gens. Pour ma part, je suis un passionné et j’essaye de choisir chaque groupe pour son pouvoir à m’avoir fait vibrer. Je pense qu’il en est de même pour mon collègue. On essaye de voir, dans la mesure du possible, la totalité des groupes que nous programmons chaque année. Nous portons un énorme intérêt à la prestation scénique du groupe. Après, il arrive que l’on fasse des compromis quand il y a pénurie de groupes. Mais globalement on essaye de resserrer le propos dans toutes les niches musicales. On fait aussi très attention au placement des groupes dans notre planning, pour éviter que des groupes de mêmes styles jouent en même temps. C’est un véritable casse tête chinois ! Moi aussi, je préfère les concerts dans des lieux plus confinés, mais le plein air et le fait de pouvoir jongler et d’avoir le choix entre plusieurs groupes au même moment me plait beaucoup.

12- Tu voyages beaucoup… ton carnet de voyage de 2006 ? Les pays qui t’ont émerveillé, les lieux qui t’ont fait virevolter… tes destinations en 2007 ? En 2006, je suis allé aux USA (Austin pour le festival SXSW), à Montréal (pour le festival MEG) en Islande (pour le festival Iceland Airwaves), en Hollande (pour le festival Eurosonic), en Espagne (pour le festival de Benicassim), en Belgique (Pukkelpop, Nuits Botaniques…), Norvege… Je vais aussi beaucoup voir des concerts en Suisse et en Allemagne. Le pays qui m’a scotché c’est l’Islande, sans hésitation ! Je n’y suis resté que 3 jours mais je me suis promis d’y retourner. Les paysages sont juste magnifiques ! C’est un dépaysement total ! Tu passes de paysage lunaire à des grands espaces de verdures avec des chevaux sauvages, aux sources d’eaux chaudes, aux geyser, aux fjords, aux montagnes… et tous cela en très peu de distances. Reykjavik est une ville très mignonne, tous comme ses filles ! Pour 2007, je vais retourner à Austin et en Islande. Je vais essayer d’aller au CMJ à New York et de retourner plus souvent à Londres et Berlin pour m’immerger dans de nouveaux sons. Sinon je rêve d’aller au Japon, en Australie et au Brésil

13- Tu es la pièce maîtresse du jury qui sélectionne toutes les années un jeune groupe local pour une prestation aux Eurocks… Qu’attends-tu d’un groupe sur scène ? Tu privilégie la musicalité où le charisme et l’attitude que dégage une formation ? Ce qui est bizarre dans ce genre de jury, c’est qu’à part toi et 1 ou 2 autres membre de ce jury, je ne vois jamais personne aux concert et encore moins dans une boutique de disque… honnêtement, les personnes de ces jurys n’y connaissent pas grand-chose (pour ne pas dire peau de balle ! ) quand on touche le cœur du sujet, c’est à dire la musique… Ne crois-tu pas que c’est un peu frustrant pour un groupe de voir son répertoire, son attitude et ses chansons jugées par une poignée de personnes qui n’ont jamais touché un instrument, qui ne sont jamais montés sur une scène, qui n’achètent jamais de disque et pire, qui ne fréquentent que très peu les lieux de diffusions de musique ? Encore une fois, pour moi, il y a ce fossé entre la bureaucratie culturelle et ceux qui vivent le truc de l’intérieur et qui sont véritablement confronté au truc… Ce que j’attends, c’est un groupe qui me fasse vibrer par sa musique et sa prestation scénique ! C’est ce qui m’intéresse en priorité… Après, j’aime bien me laisser surprendre par l’originalité d’un groupe. Qu’un groupe comme Jack & the Bearded Fishermen soit pris aux Eurocks alors que le groupe n’a que 5 concerts dans les pattes, oui c’est une vraie prise de risque. Je suis prêt à la prendre si le groupe me scotche, ce qui fut le cas avec les Jack ! Ce groupe à un potentiel énorme, sauf que ce sont des branleurs, dans le sens j’m’en foutiste de l’expression. Ensuite, je pense que ça sert un peu à quelque chose de jouer aux eurocks. Les Flying Donuts m’ont avoué qu’ils avaient tombé quelques dates grâce à leur passage sur le festival et aussi une plus grande considération de la part des salles françaises. Avoir un passage aux Eurocks dans sa bio’ peut aider à ce que ton CD soit écouté et que tu sois pris plus facilement au téléphone. Ce qui n’est pas non plus négligeable. Un groupe comme An Albatross, qui n’est pas issu des tremplins mais qui ont fait leur première date en Europe en exclu’ aux Eurocks, a eu 20 propositions de dates suite à leur passage aux Eurocks. Sinon, libre à chacun de se présenter ou pas à cette opération. On ne force personne ! Je pense que le propos a été resserré au niveau des membres du jury. Ceux qui en font partie désormais sont des vrais passionnés. A l’époque de Well Spotted, on a toujours refusé de se présenter à des tremplins pour toutes les raisons que tu décris ci-dessus. Donc, je ne vais pas faire de prosélytisme à ce sujet…

14- Décris nous la journée type de Kemical Kem ? Du lever au coucher… Levé à 9h pour aller bosser au bureau vers 10h30. Je réponds à mes mails, téléphone, fouine sur le net pour chercher les perles rares, j’écoute des disques. Je me prends la tête sur des budgets, le planning, les groupes à programmer avec mon collègue… et ce jusqu’à un horaire situé entre 19 et 22h (selon si je vais à un concert ou pas). Ensuite retour au bercail ou je vais écouter de la musique, surfer sur le net, mater des films jusqu’à 2/3H du matin.

15- Le festival des Eurocks se prépare sur une année entière, explique nous un peu le processus global d’une telle machinerie… quels sont les aspects que tu trouves les plus bandants dans ton taf’ ? et les plus chiants ? Grosso modo… De Septembre à Janvier : On écoute beaucoup, on balance les premières offres sur les têtes d’affiches, on fait les budgets prévisionnels, on voit un max de concerts, appels à candidatures groupes tremplins et écoutes… De Janvier à Mars : on confirme les têtes d’affiches, programmation des groupes "middle" et des découvertes, sélection des groupes tremplins… Avril : Début du mois, on rend notre copie. Annonce de la programmation vers le 20 avril. Mai-Juin : Préparation du festival, contrat, fiches techniques, accueil, changements de prog’, répétitions pour les groupes tremplins sélectionnés pour les Eurocks, répétitions des créations préparés pour les Eurocks, flip de la vente des billets… Début Juillet : Les 3 jours du festival ; le « highlight » de notre boulot ! On voit quasiment rien car on fait principalement des relations publiques. Ce qui me fait chier c’est la paperasse (contrat, sacem…) et de ne pas voir 80% des groupes programmés pendant le festival. Même si je les ai vus avant, j’aime bien voir le rendu à la maison !

17- Quel est le plus gros cachet octroyé à un groupe depuis que tu bosses pour les Eurocks ? Et le plus petit ? Le plus gros c’est plus de 300 000€ (je ne peux pas dire le chiffre exact) et le plus petit c’est 500€…

18- cites nous 10 groupes que tu rêverais d’avoir à l’affiche des Eurocks ? Neurosis – The Beastie Boys – The Jesus Lizard (si ils se réforment) – Ac/dc – Shellac – Grinderman – Fugazi (mais ils ne viendront jamais dans ce type de festivals) – Kiss (un vieux rêve de gosse…) – Naked City – Black Sabbath (line up d’origine) – Kyuss

19- Ton taf’ a d’énormes avantages mais aussi des côté très lourdingues… qu’est-ce qui te pousse à continuer et qu’est-ce qui pourrais te faire arrêter et changer d’activité… Tant que je trouverai de bons groupes à programmer, je continuerai ! Tant que je bosserai avec plus de 80% de gens cools, je continuerai ! Je ne pense pas que je ferai toute ma vie aux Eurockéennes, mais il est clair que je graviterai toujours dans le milieu musical soit à la prog’ dans un autre festival ou une salle, soit en créant un label, soit en créant une agence de booking…

20- TOP 5 Questions :

Les 5 derniers skeuds achetés ? 65 Days of static – Kylesa – Explosions in the sky – Hella – The Besnard Lakes

Les 5 derniers skeuds écoutés ? The Besnard Lakes – Arcade Fire – Machine Head – Sunn O & Boris – Mika

Les 5 derniers films que tu as vu au ciné ? Walk the line – Je vais rarement au ciné. Je n’ai pas le temps… Malheureusement…

Les 5 derniers films que tu as loué ou que tu as maté en DVD ? Bubba Ho Tep – Funny Games – A History of Violence – The Devil’s Reject – Team America

Les 5 meilleurs concerts vu cette année (2006) ? Neurosis à The Forum Londres – Daft Punk au festival Pukkelpop (pas vu grand-chose quand ils sont passés aux Eurockéennes) – NomeansNo au Grillen à Colmar – Polysics au SXSW à Austin – The Flaming Lips à Bourges

5 groupes actuels que tu adores ? Arcade Fire – Hella – Kylesa – Mastodon – Peeping Tom

5 groupes actuels que tu détestes ? Kyo – Scooter – Dj Bobo – Evanescence – Zouk machine

21- Monsieur Kem, faites votre choix, avec une petite explication, of course…


Iggy Pop ou Jello Biaffra ? Dur ! Iggy Pop, notre père à tous. A chaque fois que je le vois se trémousser sur scène, je me dis " Putain ce mec a l’âge de mon père…" Quand je vois mon père… Jello j’ai bcp de respect pour lui, son engagement, sa musique… Ca me fait de la peine de voir Dead Kennedys tourner sans Jello…

Happy Tom ou Gene Simmons ? Genne Simmons sans hésitation ! Je suis un fan de Kiss ultime, période maquillée surtout !

Black Sabbath ou Kiss ? Kiss même si Black Sabbath arrive en deuxieme position dans mon top Hard Heavy !

Phyl Lynott ou Steve Harris ? Et ben voila ! Le numéro 3 c’est Thin Lizzy ! Donc forcémment Phil Lynott ! Quelle voix ! Et quelle paire de guitaristes de génie, Gary Moore et Scott Gorham (grosse influence d’ailleurs de Iron Maiden)

Kerry King ou Jeff Hanneman ? Kerry King pour son look et pour ses fins de solos au vibrato ! Aussi pour sa participation a un clip de The Beastie Boys !

Enhencer ou Pleymo ? Enhancer car humainement très cool

Neurosis ou Melvins ? C’est vicieux…Je suis fan des deux mais aucun groupe ne m’a jamais transporté autant que Neurosis !

Awake ou Wormachine ? Wormachine. Awake c’est du passé !

Rob Halford ou Bruce Dickinson ? Rob Halford pour le fait qu’il a bien caché son jeu au niveau de son homosexualité. Et pour deux albums d’anthologie "British Steel" et "Screaming for Vengeance"

Alice Cooper ou Marylin Manson ? Alice Cooper sans hésitation ! Il a ouvert le chemin pour tous les groupes grand guignolesques…

Mickey Dee ou Dave Grohl ? Deux supers batteurs… Je dirai Dave Grohl car ce qu’il a fait avec Scream puis Nirvana était magnifique. Il a montré aussi qu’il etait un pas si mauvais songwriter, guitariste et chanteur avec Foo Fighters. Que dire de ses parties de batterie dans l’album de QOTSA… Joey Castillo (Ex Circle Jerks & Danzig, actuel QOTSA) en sais quelque chose, lui qui a tant de mal à les jouer sur scène… Mikkey Dee respect pour King Diamond et evidemment Motorhead. Mais mon batteur de coeur pour ces derniers restera definitivement Philty "The Animal" Taylor !

Al Jourgensen ou Trent Reznor ? Dur choix, très dur choix… J’ai du mal à me decider…

Ice T ou Tricky ? Pff… tu fais chier ! Je dirai quand même Tricky car j’ai dévoré tous ces albums et le personnage est vraiment hors du commun. Pour Ice T, son parcours est très inégal autant en hip hop, qu’avec Body Count.

La reformation des Pixies ou la reformation des New York Dolls ? La reformation des Pixies car tout le monde était là ! J’ai adoré les voir même si ils sont toujours aussi statique. J’ai vu les New York Dolls à Austin et c’était encore avec Arthur Kane à la basse. Ca le faisait bien ! David Johanssen était en forme ! A noter la présence sur scène de Sami Yaffa qui avait joué avec Hanoi Rocks et ensuite avec Iggy Pop.

Henry Rollins ou Alec Empire ? Rollins bien sûr ! Pour Black Flag, Rollins Band, ses bouquins, le spoken word… J’ai beaucoup aimé Alec Empire période Atari Teenage Riot ! Ce groupe était une véritable aggression sur scène ! Bien différent de ce qu’il peut faire en solo désormais !

Le Wacken ou le Hellfest ? Le Hellfest ! Ben, le boss, est un gars jeune, avec toutes les erreurs que cela entend, mais il a des couilles ! Je l’aime beaucoup et j’espère que son festoche va réussir à se pérenniser.

Le prochain disque de Metallica ou le prochain disque de Guns and Roses ? Axl Rose me fait pitié. J’ai vu Guns il y a trois ans lors de leur premiere reformation. C’était au festival Pukkelpop en Belgique. Quelle farce… Heureusement qu’il avait de bons musiciens avec lui… Donc Metallica, pour le documentaire sur l’enregistrement de leur précédent album. Un drôle de groupe également…

Berlin ou San Francisco ? San Francisco car je n’y suis jamais allé.

22- Qui est dans ta Black List ? Avec quels instruments de torture voudrais-tu les soulager ? Toi, en t’enfermant pendant une semaine dans une chambre avec des cris et autres hurlements de ton chanteur préféré, Michael Patton !

23- Livre nous une petite citation qui te correspond, une petite philosophie de vie qui a toujours fait ses preuves ? Je pense à une connerie la tout de suite, une citation bien franc comtoise : "T’en r’veux ? Y en r’na !" Bon, la citation de Ted Nugent me vas bien je pense : "If it’s too loud, you’re too old !"

24- Combien as-tu de disques, et comment les ranges-tu ? J’ai environ 3500 disques et je les range par ordre alphabétique. J’ai des étagères spéciales pour les compilations, le hip hop et l’électro…

25- Quel est le premier concert auquel tu aies assisté ? Et le dernier ? Le premier où je suis allé de mon plein gré c’était Renaud à Belfort, je devais avoir 12 ans. Le dernier, c’était une soirée ou il y avait An Albatross au Noumatrouff à Mulhouse et aussi le festival SXSW à Austin dont le dernier concert que j’ai vu était Qui, le nouveau projet dans lequel chante David Yow (chanteur de feu Jesus Lizard)

26- En tapant ces questions, j’ai écouté un live de Black Crows et « Resurrection » de Rob Halford et de ton côté, en y répondant ? Le dernier Arcade Fire "Neon Bible" et l’album commun entre Sunn O))) & Boris "Altar"

27- Merci pour ta disponibilité, tes anecdotes et le bon taf‘.. Avant de te quitter, donne nous 5 adjectifs qui qualifieraient parfaitement Kemical Kem… Passionné, fidèle, sérieux, humble et alcoolique

28- Je t’ai déjà dit que la seule chose qui pourrais me faire remettre un pied aux Eurocks serait la présence sur l’affiche du Rollins Band ou de Ronnie James Dio… crois-tu que la cuvée 2007 des Eurocks aura l’honneur de ma présence sur le site ? Putain, le Rollins Band, Kem, vin dieu de vin dieu… Là, tu as mentis ! Rendez vous cet été avec Jo’Hell Bats !


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page