top of page

Expérience radio à Sponeck

Article paru dans le Journal Le Pays le 14 décembre 2002 Depuis samedi dernier, Warum Net Experience, radio Internet basée à Mulhouse, a pris ses quartiers d’hiver à Sponeck. Et invite les Montbéliardais sur les ondes et la toile.

Ils sont trois : Karine, Nicolas, alias Mabuse, et Dyotte. Ou plutôt quatre avec leur complice DJ June, originaire de Besançon. Les trois premiers forment le noyau dur de WNE, Warum Net Experience, une radio internet créée il y a une paire d’année au sein du pôle multimédia du Noumatrouff à Mulhouse, et de la « Fédé Hiéro », une fédération qui regroupe des salles dédiées aux musiques actuelles. « Nous fonctionnons sous la forme d’une association, grâce aux subventions, explique Nicolas. C’est la fédération Hiéro qui nous donne un débit sur internet, qui nous permet de supporter 300 auditeurs. Les gens ont souvent l’impression que c’est peu, mais pour une webradio, c’est énorme : même les webradios commerciales ne touchent jamais plus de 2000 auditeurs ».

Des ondes sur Internet

Et faire fonctionner une radio de ce type n’est pas facile tous les jours : « La concurrence entre les webradios associatives et commerciales est déséquilibrée, commente Nicolas. Le problème, c’est que nous payons un forfait à la SACEM, comme une radio FM, alors que nous avons beaucoup moins d’auditeurs, et qu’au moins 20 % de la musique qu’on diffuse est libre de droits. Mais les webradios associatives commencent à se fédérer pour pouvoir lutter ». Heureusement, il y a des compensations. Le contact privilégié avec les auditeurs, par exemple : « Je préfère mille fois un auditeur internet à un auditeur de la bande FM, constate Nicolas. Nos auditeurs nous connaissent et ne font pas que nous écouter : ils nous écrivent en direct par le biais du chat, répondent à nos questions et inversement ». Si la bande de WNE a investi le premier étage de l’Hôtel de Sponeck, c’est que l’espace ZIR de la scène nationale les a conviés jusqu’au 14 décembre pour une expérience unique : installer leur matériel dans le vénérable bâtiment pour diffuser pendant une semaine des programmes en direct de Montbéliard, avec une participation importante des locaux. Pour les membres de WNE, l’exercice n’a rien de nouveau : « On s’installe très souvent en résidence un peu partout, et on cherche à faire participer au maximum les acteurs culturels de l’endroit, explique Nicolas. Nous, on apporte notre technique, mais l’objectif, c’est de diffuser les gens de la région ».

Pari réussi

Un pari qui a porté ses fruits : Samedi, dimanche, et lundi par exemple, Lionel Beuque, du groupe Lionel et ses Lions sots, basé aux Môles, proposait ses sélections musicales dans l’émission « Et le rock ». François Banet, lui, intervient tous les jours à midi dans « Histor’hic », pour retracer l’histoire de la scène nationale et des associations qui l’entourent. Sans oublier la MJC Petite-Hollande, avec l’émission d’Hamid mercredi, les élèves du collège Saint-Maimboeuf, qui venaient s’initier à la radio dans le cadre d’un atelier pédagogique, ou Kem et Christian, les programmateurs des Eurockéennes. Et Didier Levallet, le patron de la scène nationale, n’était pas en reste, avec une émission consacrée au jazz ce vendredi, de 15 h à 16 h. Toute la semaine, les concerts du Palot étaient également diffusés en direct sur le web : samedi dernier, c’était par exemple la « Guem et Bouto expérience », rencontre entre les sons électroniques du DJ et les rythmes africains du maître ès percussions. De lundi à jeudi, c’était aussi les « apéros live » le soir, consacrés aux musiques actuelles, tendance électro, pop-rock, et new-jazz. À noter aussi la diffusion samedi soir du festival pour la banque alimentaire, qui investit la scène du Palot pour la bonne cause, avec Jamasound, les Ratetous et Double zéro, Lionel et ses Lions sots, et Sleazy view. Là aussi, Warum Net Experience avance en terrain connu : « Nous avons déjà diffusé beaucoup de concerts, de noms prestigieux : DJ Krush, Henry Rollins, du Rollins Band, Jazzanova, ou François J. Lazzaro, ancien des Garçons Bouchers » précise Nicolas. Quant aux acteurs de Warum Net Experience, ils participent aussi aux émissions. Karine, la stagiaire originaire du Québec animait par exemple dimanche une chronique consacrée au parler et à la musique de son pays, dans l’émission « Ouïe dire ». La jeune québécoise s’occupe également tous les jours à 12 h 30 de l’agenda culturel. Et vendredi, c’était cette fois Nicolas qui s’y collait, avec un « Ouïe dire » consacré à l’Alsace. C’est d’ailleurs lui qui aura le mot de la fin, encourageant Monsieur Tout-le-monde à tenter l’expérience : « C’est de plus en plus facile de faire de la radio sur internet. Tous ceux qui ont envie de faire de la radio libre doivent se bouger : les possibilités sont vraiment énormes ».

ÉCOUTER Pour écouter les programmes de Warum Net Experience, connectez-vous sur www.fede-hiero.com/warum.

Clément Tonnot


DJ June, originaire de Besançon, prend le relais quand il s’agit de mixer aux platines.


Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page