top of page

Tires-toi une bûche pour Madame Cosinus

Le slam favorise les rencontres et les échanges d’idées. Pour découvrir ces joutes verbales d’un nouveau genre, visiter le Québec dans le texte, inventer une Alsace différente, filez vendredi au Poussin Vert à Colmar pour une scène ouverte à tous. Au slam citoyens !

Madame Cosinus, alias Julie Dirwimmer, est née dans le Val de Villé, mais a grandi à Strasbourg. Un brin casanière comme la plupart des Alsaciens, elle n’avait pas mis les pieds hors de la région jusqu’à l’âge de 24 ans. Jusqu’au jour où l’un de ses profs d’université la pousse à prendre l’air, et à aller voir ailleurs ce qui se passe … Elle choisit alors d’effectuer son stage de fin d’études au Canada. Et c’est la révélation : elle découvre une autre vie, un nouveau rythme, les particularités attachantes de la langue québecoise, entre injures jusqu’alors inconnues et expressions typiques du grand Nord. Elle rencontre aussi le slam à Montréal, se prend au jeu de cet art oratoire jubilatoire, et met sa culture scientifique au service de cette poésie moderne en choisissant «Madame Cosinus» comme nom de scène …

Poétique et politique

«Le slam est pour moi un exutoire artistique, une possibilité de s’évader, un super vecteur pour véhiculer des idées, un discours à la fois poétique et politique». Julie découvre tous les jours de nouveaux mots made in Québec avec lesquels jouer. Et les textes slam de notre Alsacienne, conçus de l’autre côté de l’Atlantique, regorgent ainsi de particularismes locaux. Ainsi, «Tires-toi une bûche», qu’on pourrait comprendre comme une agression verbale ou une invitation au suicide, n’est autre qu’une aimable invitation : «Prends-toi une chaise» en traduction hexagonale. Cette expression vient du feu réunissant les bûcherons en pleine nature …

Je te christe la gueule !

Les insultes sont une autre façon de s’ouvrir au monde. Ainsi, en France, elles tournent souvent autour du sexe ou des excréments, alors qu’au Québec, elles sont généralement connotées religion. A l’écoute de Madame Cosinus, on découvre ainsi que les Canadiens francophones s’amusent avec le Christ à toutes les sauces, jouant à placer ce mot dans une flopée de phrases pas forcément très catholiques, un peu à la façon schtroumpf ou schmilblic. Devinez donc ce que signifie «Je te christe la gueule» …Pourtant, les similitudes entre l’Alsace et le Québec sont nombreuses : «Les deux régions sont profondément ancrées dans leur culture. Les Québecois représentent une minorité culturelle et linguistique, se battent pour préserver leur langue, sont un peu torturés et complexés, comme les Alsaciens, entre deux cultures». Et Julie invite à visiter son nouvel eldorado : «Venir au Canada est très facile, surtout pour les jeunes. Il y a tout un tas de programmes pour faciliter leur venue. Ce pays d’immigrés – les Français étaient les premiers – est d’une richesse extraordinaire, et il y a très peu de préjugés. Et on peut partir loin de l’Alsace, et ne pas l’oublier. Au contraire, je pense beaucoup plus à ma région natale depuis que je n’y habite plus». Sauf à Noël évidemment … En guise de cadeau, offrez-vous un slam à l’accent mondialisé ! Accompagnant Madame Cosinus sur scène, deux stars régionales sont également à l’affiche le 18 décembre : U-Bic, aka Lucie Rivaillé, Bordelaise virevoltante installée à Strasbourg depuis quelques années, et Jhon do Hazar, poète urbain mulhousien à l’imagination textuelle plein la bouche … Et il reste de la place sur la tribune pour tous ceux qui auront envie de partager un texte !

Y aller

Scène ouverte slam vendredi 18 décembre à partir de 20h30 au Poussin Vert, 37 route de Neuf-Brisach à Colmar. Entrée libre. Possibilité de monter sur scène pour déclamer ses textes. Une soirée proposée par le Lézard, Mission Voix Alsace, le Poussin Vert et Old School. Informations tél. 03 89 33 11 11 http://www.old-school.fr.

Ecouter

Jhon Do Hazar (Mulhouse) : http://www.myspace.com/jhondohazar

(article paru le 18 décembre 2009 dans le Journal L’Alsace http://www.lalsace.fr)


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page