top of page

La diagonale du folk

Vie azimutée, textes fêlés… Keven Swift Widrig a surtout un talent fou.

Il y a d’abord la légende, rude et presque trop belle. Keven serait un descendant de Jonathan Swift (l’auteur des Voya-ges de Gulliver), né sur l’île de Vancouver ; aurait passé deux ans dans le Grand Nord chez les Indiens Kaskas ; serait parti en Grèce à la recherche de Leonard Cohen (verdict du maître : « Keven has a great voice ») ; puis revenu au Canada chasser le grizzli ; marié à 21 ans avec une femme que sa mère avait lancée à ses trousses ; installé dans les Vosges, aurait fabriqué des chaises, élevé des ânes et six enfants ; séjourné dans un hôpital psychiatrique ; pris des cours de chant lyrique et de théâtre à Colmar ; traversé l’Atlantique en cargo, puis la Sibérie en train. N’en jetez plus…

Où vit maintenant Keven Swift Widrig ? En Alsace, en HP ? Pour nous, il y a ce disque, enregistré il y a cinq ans. Ou vingt ? Ou cent ? L’homme en a paraît-il 50. Ou 1 000 ? Ni sa voix (grenue, imposante), ni ses textes (fêlés, saugrenus) ne portent une date ou une provenance précises. La musique ? Elle aussi a un grain. Country apatride rayée d’harmonica dylanien. Folk à bicyclette dérapant sur un lac gelé. Comptines bourrues (bourrées ?) à faire danser les ours. A quelle espèce d’amateur parleront ces chansons d’un bois impossible à polir ? Où le port de pêche est jaune, bleu le cœur des filles du Sud, et rouge le coquelicot, « la fleur préférée » de sa fiancée. Dans un pays où « tout le monde travaille pour le diable », ce sacré Keven nous dit qu’il est temps d’aller « traire l’Eglise » – comme une vache. On n’est pas obligé de croire à tout ce que chante le zigue, ni même de gober sa légende. Mais quel disque…

François Gorin

Keven Swift Widrig : the colour of the little red schoolhouse 1 CD Old School/Hiéro Colmar www.keven.fr


Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page