top of page

La révolution syrienne en podcasts

Dernière mise à jour : 5 janv.




La révolution syrienne a démarré en mars 2011. À l'initiative du chercheur et réalisateur de documentaires Jaber Baker, réfugié en France, la réalisation d'une série de podcasts commence en 2022 avec des équipes syriennes en Allemagne, en France et au nord de la Syrie. Les trois productions ci-dessous sont disponibles en langue arabe. Un travail de valorisation et de traduction est en cours à Radio WNE, mené par Omar Alfarekh.


Impossible Stage


(La scène impossible)


Le podcast Impossible Stage est un drame audio qui traite de la résistance de détenus politiques dans la prison militaire de Saydnaya en Syrie, entre 1988 et 1991. Ce documentaire s'appuie sur des articles et des récits de professeurs et d'anciens détenus tels que Malek Daghestani et Muhammad Berro, ainsi que sur la télévision, la radio et des interviews écrites de plusieurs anciens détenus comme le réalisateur Badr Zakaria et le journaliste Bassam Youssef.


Le podcast est un mélange de théâtre, de musique et de chant, abordant des sujets tels que la douleur et la résistance face à des conditions inhumaines. L’œuvre vise à mettre en lumière la lutte pour trouver un sens dans la souffrance, même en riant, et à rappeler aux auditeurs les perdus de force et les exclus injustement.


« Impossible Stage » a été réalisé par le Forum Levant-Maroc sur les Affaires Pénitentiaires avec le soutien de l'IFA (Institut pour les relations à l’étranger). L'équipe de production comprenait Jaber Baker et Nihad Qattan pour la musique et la mise en scène, et Bushra Joud pour l'écriture.


Ecoutez (en arabe) :



Vue aérienne de la prison de Saydnaya

 



La greffière 


Cette œuvre de fiction tourne autour de Ilda, greffière allemande au tribunal de Coblence, entre Francfort et Cologne. Ce tribunal a jugé les officiers des renseignements syriens, Iyad Al-Gharib et Anwar Raslan. Ilda rentre chez elle et plonge dans l'histoire, les détails du procès et écoute son mari Saif, réfugié syrien fuyant la guerre.


Les producteurs de cette œuvre ont reconstitué les coulisses du tribunal lié aux opérations de détention et de torture en Syrie, en s'appuyant sur diverses sources d'organisations de défense des droits de l'homme, et sur la documentation du Centre syrien pour la justice et la responsabilité (SJAC Syria Justice and Accountability Centre). Les auteurs ont utilisé certains détails d'articles de presse, notamment ceux de la journaliste syrienne Luna Watfa. Le traitement dramatique utilise des dialogues, notamment entre la greffière « Ilda » et son mari syrien, "Saif", deux personnages imaginaires. Les informations ou événements ont été imaginés à partir de faits documentés par des organisations locales et internationales de défense des droits de l'homme, ainsi que par des conversations directes avec d'anciens détenus emprisonnés par les services de renseignement général syrien.


Équipe:

  • Scénario et dialogues : Bushra Joud

  • Direction artistique : Nihad Qattan

  • Formation à l'interprétation vocale : Linda Bilal

  • Dessin : Dumuzi

  • Directeur de production : Nael Al-Farkh

  • Idée et supervision générale : Jaber Baker

 

Ecoutez (en arabe) :






Another aid worker


(Un autre travailleur humanitaire)


Ce podcast de docu-fiction raconte l'histoire vraie de l'enlèvement du militant syrien Omar Al-Khani et de sa petite amie états-unienne Kayla Mueller, par l'État islamique au Levant et en Irak, connu sous les acronymes Isis ou Daesh.


L'équipe comprend Omar Al-Khani (aujourd'hui en janvier 2024 réfugié à Mulhouse) à la recherche, Jaber Bakr à l'écriture, Nael Al-Farkh à la direction de la production et Nihad Qattan à la direction artistique. Les personnages principaux du récit sont Omar Al-Khani (joué par Mahmoud Hassan) et Kayla Mueller (interprétée par Farah Hawarni).

 

Omar Al-Khani est un pseudonyme adopté pour signer ses photos et vidéos sur le printemps syrien et la guerre qui a suivi. Comme beaucoup de jeunes hommes de sa génération, Omar devient informateur de terrain. Ses photographies sont diffusées dans de nombreux médias internationaux : The New York Times, The Guardian, L'Express, Deutsche Welle, Al Jazeera...


Kayla Mueller décide en 2012 de se rendre à la frontière turco-syrienne pour travailler dans des opérations de secours avec le Conseil danois pour les réfugiés et l'organisation humanitaire Life Support. Elle visite des camps de réfugiés. Le 4 août 2013, elle est kidnappée par des militants de l'Etat islamique après avoir quitté un hôpital géré par Médecins sans frontières. En février 2015, elle aurait été tuée lors d'une frappe aérienne jordanienne, mais les États-Unis ont confirmé qu'elle avait été tuée par des militants de l'Etat islamique.


Ce travail a été réalisé avec le soutien et le financement de la Fondation Heinrich Böll Moyen-Orient, bureau de Beyrouth.


Ecoutez (en arabe) :



תגובות


bottom of page