top of page

La couture descend dans la rue

Estelle Specklin et Muriel Collin, deux créatrices mulhousiennes, ont installé un atelier de couture en pleine rue…

Un stand en pleine rue, deux machines à coudre et quelques tissus qui traînent, cela a de quoi surprendre les passants qui à l’image de la dame sur la photo s’arrêtent pour savoir de quoi il s’agit.

Le concept est pourtant simple, deux artistes ont préparé des patrons et tout le matériel nécessaire à la confection de robes et de sacs avant de l’emballer en kit. Les intéressés s’acquittent de 45 euros pour un kit de fabrication de robe, 10 euros s’ils choisissent le sac. Ils ont ainsi le droit à un cours de couture. Ils repartent ensuite avec un objet qu’ils ont cousu tout seul… ou presque. «On a un lien direct entre le créateur, le vendeur et l’acheteur»

Ceci étant, les adultes peuvent passer leur tour, l’initiative s’adresse d’abord aux enfants, sans limite d’âge pour peu qu’ils soient en mesure de manipuler la machine à coudre. animations Initiative de deux créatrices

Estelle Specklin, à l’origine de la marque poupet pounket s’est associée à Muriel Collin pour l’organisation.

Poupet, c’est pour rendre hommage à une certaine idée de la féminité : coquetterie et glamour. « Pounket », un dérivé du mot punk évoque le côté engagé de sa créatrice : « J’essaie de rester éthique dans toutes mes démarches, de mettre en avant les avantages de la récupération, du do it yourself (fais-le toi-même) ».

Ce n’est pas la première fois que la styliste s’improvise intervenante puisqu’elle travaille régulièrement dans le quartier Neppert. Valoriser la création locale

Sa collaboratrice, Muriel Collin est quant à elle designer textile. Sacs, horloges murales ou miroirs de poche, tout y passe. Sa marque de fabrique ? Les collages numériques, entre autres. « Je travaille beaucoup sur les thèmes de la femme, du végétal » glisse-t-elle lorsqu’on regarde ses œuvres.

La Vitrine est ce qu’on appelle une boutique associative. En d’autres termes, ce n’est pas un simple commerce puisque le but est de valoriser la création locale en offrant un espace de visibilité aux artistes.

« Pour nous c’est une manière d’encourager la création et de prouver par la même occasion que contrairement à la rumeur ambiante, il se passe plein de choses intéressantes à Mulhouse » confie Vincianne Sestito, responsable de la boutique avant d’ajouter : « C’est important d’encourager ce genre d’artistes pour pas que cela disparaisse. On a un lien direct entre le créateur, le vendeur et l’acheteur. On a un rapport au vrai commerce qui se perd. Le risque c’est qu’on finisse tous uniformisés avec les mêmes fringues ! »

C’est dans cet esprit que des expositions sont régulièrement organisées dans les locaux de l’avenue Kennedy.

Jeudi 2 août à 18 h. Vernissage de l’exposition de Marina Krüger. La Vitrine, 53 avenue Kennedy, 68200 Mulhouse.

Estelle Specklin (à droite) explique le concept de l’opération à une passante. Photo DNA — seh.b

(article paru dans les DNA le 24 juillet 2012 • www.dna.fr)


Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page